Nos étoiles contraires – John Green

nos--toiles-contraires-3528603

Résumé: Entre rire et larmes, le destin bouleversant de deux amoureux de la vie.

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades.

C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate.

Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

 

Mon avis: J’ai longtemps entendu parlé de ce livre, en bien bien sûr, avant de me décidé à le lire. Il est tout simplement génial, je sais que beaucoup de personnes pensent que c’est juste un livre qui parle encore du cancer. Mais il est plus que ça, il est une vrai claque. Il nous rappel que la vie il faut la vivre à fond car on ne sait jamais ce qui va arrivé.

Je conseille aux âmes sensibles, et au moins/pas du tout/un chouia sensibles de prévoir les mouchoirs, ceux qui l’on lu comprendrons car ce roman fait passé ses lecteurs du rire aux larmes (comme le dit le résumé).

Extraits: 

  • J’ai coupé le moteur et je me suis tournée vers lui. Il était très beau.
    – Hazel Grace, a-t-il dit, mon nom paraissait plus joli, comme neuf dans sa bouche. Je suis très content d’avoir fait ta connaissance.
    – De même, Monsieur Waters.
    J’étais intimidée. Je ne pouvais soutenir l’intensité de son regard bleu azur.
    – Je peux te revoir ? a-t-il demandé d’un ton qui trahissait une inquiétude charmante.
    J’ai souri.
    – Bien sûr.
    – Demain ?
    – Attention, ai-je rétorqué. Tu risques de passer pour un impatient.
    – C’est pour ça que j’ai dit demain, a-t-il répliqué. J’ai déjà envie de te revoir maintenant. Mais je vais m’obliger à attendre toute la nuit et une bonne partie de la journée de demain.
    J’ai levé les yeux au ciel.
    – Je ne blague pas, a-t-il insisté.
    – Tu ne me connais même pas.
    J’ai pris le livre qu’il avait calé entre les deux sièges.
    – Et si je t’appelais quand j’ai fini ça ? ai-je proposé.
    – Tu n’as pas mon numéro.
    – Je te soupçonne fortement de l’avoir écrit dans ce livre.
    Il s’est fendu de son sourire béat.
    – Et tu oses dire qu’on ne se connaît pas.
  • – Je suis amoureux de toi, a-t-il dit doucement.
    – Augustus !
    – Vraiment, a-t-il répondu. Il me fixait, et je pouvais voir que les coins de ses yeux se plissaient. Je suis amoureux de toi, et je n’ai aucunement l’envie de le nier et de m’épargner le plaisir de dire des choses vraies. Je suis amoureux de toi, et je sais que l’amour est juste un cri dans le vide, et que l’oubli est inévitable, et que nous sommes tous condamnés, et qu’un jour viendra où tout notre travail sera réduit à de la poussière, et je sais que le soleil va avaler la seule planète que nous aurons jamais, et je suis amoureux de toi.
  • – Tant qu’on ne l’allume pas, la cigarette ne tue pas, a-t-il déclaré, quand maman est arrivée à ma hauteur. Et je n’en ai jamais allumé une seule de ma vie. C’est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer.
  • J’ai décidé de lui envoyer un texto. Je voulais éviter une discussion interminable.
    Salut. Voilà, je ne sais pas si tu comprendras, mais je ne peux pas t’embrasser ni rien. À vrai dire, je ne sais même pas si tu en as envie, mais dans tous les cas je ne peux pas.
    Quand j’essaie d’imaginer que je pourrais sortir avec toi, je ne vois que les horreurs qui t’attendent à cause de moi. Tu trouveras peut-être ça débile.
    Quoi qu’il en soit, pardon.
    Il m’a répondu deux minutes après.
    OK.
    Je lui ai renvoyé :
    OK.
    Il m’a répondu :
    C’est bon, arrête de me draguer !
    J’ai écrit :
    OK.
    Deux secondes après, mon téléphone vibrait.
    Je blaguais, Hazel Grace. Je comprends. (Sauf qu’on sait tous les deux que « OK » est un mot extrêmement provocateur. Il DÉGOULINE de sensualité.)

Et voici la bande annonce du film qui sort cet été :

J’ai aussi trouvé ces trois photos superbe en cherchant la couverture du livre, alors les voici : 1f3360198ebc165d04331f55f3448936 034a06788944d7ba0667c4ca3e24e04d the fault in our stars

Publicités

« Reset » de Amy Tintera

Personnellement j’ai hâte!

True Blood addict

71FVwM1qnJL._SL1500_

Wren est morte après avoir reçu trois balles dans la poitrine. 178 minutes plus tard, elle est devenue une Reboot, un robot guerrier. Mais sa rencontre avec Callum, un Reboot 22, lui redonne peu à peu des sensations et des émotions humaines.
Après avoir été formés par la SHER (Société Humaine d’Évolution et de Repopulation), les deux soldats ont réussi à s’échapper et tentent d’atteindre une réserve où les Reboots pourraient vivre librement. Mais la réserve n’a rien de l’Eldorado tant espéré. Micah 163, le chef sanguinaire qui la dirige, a un projet bien plus sombre : anéantir les humains. Pendant des années, il a formé une armée de Reboots et il est maintenant prêt à attaquer. Si l’instinct de Wren la pousse à prendre la fuite une nouvelle fois, Callum ne peut se résoudre à abandonner sa famille humaine aux mains de ces assassins. La rébellion est en marche…

View original post 11 mots de plus

Un sentiment plus fort que la peur – Marc Levy

un-sentiment-plus-fort-que-la-peur-434194

On m’a offert mon tout premier Marc Levy pour mon anniversaire, je l’ai lu en moins d’un moi sachant que je lisais d’autre livres en même temps. On m’avait déjà parlé de lui comme quoi son style ressemble à celui de Guillaume Musso, mais je voulais me faire ma propre opinion. Bien sûr comme je n’en ai lu qu’un , les autres ne vont pas tarder à suivre je pense,  je ne peux pas vraiment comparer Musso et Levy.

 

Résumé: Dans l’épave d’un avion emprisonné sous les glaces du mont Blanc, Suzie Baker retrouve le document qui pourrait rendre justice à sa famille accusée de haute trahison. Mais cette découverte compromettante réveille les réseaux parallèles des services secrets américains.
Entraîné par l’énigmatique et fascinante Suzie Baker, Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, mène une enquête devenue indispensable à la survie de la jeune femme.
Traqués, manipulés, Suzie et Andrew devront déjouer pièges et illusions jusqu’à toucher du doigt l’un des secrets les mieux gardés de notre temps.

 

Mon avis:  En lisant les commentaires sur booknode.com  j’ai vite compris que je ne suis pas la seule à avoir un avis pour le moins mitigé.
C’est mon premier Marc Levy, on me l’a offert pour mon anniversaire. On entend tellement parler de l’auteur que je savais d’emblée que je risquais d’être bien déçu, heureusement je ne le suis pas vraiment. En effet bien que l’histoire ne m’ai pas transporté elle fut agréable à lire. Je ne suis pas vraiment fan de l’histoire qu’on étudie en classe, c’est donc une des raisons pour lesquelles, et la plus importante je pense, que je n’ai pas vraiment aimé. Heureusement la fin rattrape toutes ses dates etc…
On m’a également prêter « et si c’était vrai… » que je compte bien lire, ainsi que sa suite ou un autre livre de Marc Levy afin de me forger une vrai opinion sur l’écrivain.

Extraits: 

  • On vit dans un drôle de monde, il y a des limites a tout, notre bon maire veut même limiter la consommation de sodas dans les salles de cinéma, mais pour freiner la connerie de nos élus, rien! Il devrait y avoir des loins pour les mettre eux aussi à l’amende quand ils dépassent la norme tolérable de l’ignorance.
  • – J’ai un scoop pour toi, Olson, si tu veux bien te relever.
    Olson se redressa et se cogna la tête.
    – C’est quoi ton scoop ?
    – Un crétin vient de se cogner le crâne. Bonne journée, Olson.
    Andrew se dirigea vers les ascenseurs en sifflotant.

 

  • « Aujourd’hui, je ne sais plus en quoi je crois. En la vie probablement, à la peur de la perdre et bizarrement jamais à celle de la foutre en l’air. »
    – Impressionnant, siffla Andrew. c’et à se demander s’il faut du courage ou de l’inconscience pour aller s’aventurer sur de tels sommets.
    – Le courage, e n’est qu’un sentiment plus fort que la peur, dit Suzie.

Addict – Jeanne Ryan

addict-3248402

Résumé: Un jeu sans règle ni pitié. Qu’êtes-vous prêt à perdre pour gagner ?

Vee, dix-sept ans, est sous l’étroite surveillance de ses parents depuis qu’ils l’ont retrouvée quelques mois auparavant endormie au volant de la voiture familiale, dans le garage, moteur allumé. Elle a beau plaider l’accident et non la tentative de suicide, elle n’a pas le droit de sortir sauf pour jouer son rôle de maquilleuse-costumière dans la production théâtrale du lycée. Un soir, elle décide de relever l’un des défis proposés par ADDICT, jeu trash de télé réalité diffusé sur le Net qui promet des cadeaux somptueux contre des paris toujours plus pervers. Mais voilà qu’elle est sélectionnée, à sa grande surprise. Pour se sentir enfin vivante, Vee va alors accepter des défis de plus en plus malsains…

Jusqu’à quelle dose d’adrénaline pourra-t-elle survivre ?

Mon avis: Addict c’est le mot! J’ai adoré le concept malgré que Vee soit très tête à claque. Les défis sont très facile au début mais après… ça devient vite dangereux, c’est à ce moment là que l’histoire est la plus passionnante.

Extraits:

  • POUR GAGNER CES CHAUSSURES, RETOURNE DANS LE MÊME CAFÉ QU’HIER SOIR. UN GARÇON QUI S’APPELLEIAN (IMAGE A VENIR) Y ENTRERA A 21 H 40 PRÉCISES. EXIGE DE LUI QU’IL TE PAYE UNCAFE AU LAIT. PENDANT QU’IL FAIT LA QUEUE, TU DEVRAS TE POSTER AU MILIEU DU CAFÉ ET CHANTER « DIX KILOMÈTRES A PIED, ÇA USE, ÇA USE…  » LES YEUX FERMES, JUSQU’À CE QU’IL TE RAPPORTE TA BOISSON.Quoi ? ADDICT veut que je retourne sur les lieux de mon humiliation pour à nouveau me ridiculiser ? Ils sont fous ! De toute manière, je n’airai pas, j’ai promis à Syd de laisser tomber.
    Mais quelles chaussures sublimes !
  • – Peu importe le défi de toute façon, dis-je, je me retire de la course.
    Il se redresse soudain.
    – Pourquoi? c’est sans danger : non seulement tu seras entourée de tes amis, mais en plus je serai près de toi tout du long!
    – Tu parles, tu seras trop occupé à draguer la plus jolie fille de la soirée, et je peux te garantir qu’elle n’en perdra pas la moindre miette.
    Ian me prend le visage au creux de ses mains.
    – La plus belle fille de la soirée, ce sera sans conteste toi.
    Je me surprends à étudier de près ses succulentes lèvres.
    (…)
    Son regard s’embrase.
    – Je t’ai rencontré toi. Et je te promets que tu es largement plus séduisante que n’importe quelle star. Flirter avec toi, ce sera le défi le plus facile que j’aie eu à relever jusqu’à présent.
    – Ha! Eh bien, vu sous cet angle, je me laisserais presque tenter.
    – Et je dois avouer que tu n’y connais en termes de tentation.
  • Il prend une profonde inspiration et démarre le décompte.
    – Un.
    Jen lève un sourcil interrogateur en direction de Micky, mais celle-ci ne me quitte pas des yeux.
    – Deux.
    Je sens des sueurs froides me dégouliner le long du dos. La salle est plongés dans un silence total. Plus de musique ni même un canapé qui couine.
    Encore une respiration bruyante de Ian. Serons-nous les deux seuls à remettre la sécurité ? Un voile rouge devant mes yeux me fait craindre de tomber dans les pommes à tout instant.
    – Trois.
    Je m’apprête à repositionner la culasse, mais avant d’avoir le temps de le faire, le monde bascule dans le noir. Toutes les lumières se sont éteintes. Un stroboscope se met à pulser. Des cris résonnent. Des coups de feu retentissent.

Direction le paradis

86c2b977

5h00, mon réveil sonne.

5h05, je décide enfin de me lever.

5h10, habiller en short et top à bretelles, je mange une pomme tout en me brossant les cheveux, après je me fais un chignon bun décoiffé.

5h15, c’est bon je suis fin prête il ne me reste qu’à rassembler deux ou trois bricoles et prendre ma valise puis je pars.

  • Portable
  • Lunette de soleil
  • Mon ordinateur
  • Mon livre de chevet
  • Ma tablette
  • Ma clef USB avec quelques films, musiques et deux ou trois ebooks.

5h30, ma meilleure amie et mes amis arrivent enfin chez moi. Mais elle monte seule pour m’aider à descendre ma valise et mon sac a dos où j’ai fourré tout ce que je veux avec moi dans le bus car ma valise ira dans la soute. On allait descendre quand elle m’avait interpellé: « dit moi, tu vas quand même pas laisser ta guitare ici toute seule ? Elle va être triste ! ». J’avais donc répondu « Bha je ne pense pas trop avoir le temps de jouer là bas. ». Mais elle n’était pas du même avis : « tu rigoles ! C’est la plage là-bas ! Donc soirée feu de camp ce qui veut dire que tu pourras jouer ». Sans me laisser le temps de répliquer elle avait pris ma guitare et mon sac à dos puis était parti me laissant seule avec ma valise dans ma chambre à moitié vide.

En bas nous attendaient mon meilleur ami Josh ainsi que Mathilde une bonne amie et le petit copain de ma meilleure amie : Brian. Brian a 19 ans soit 3 ans de plus que nous donc c’est lui qui nous conduira en fait il a totalement retaper un bus ; il y a mis des canapés confortables avec des ceintures ainsi que deux télés avec home-cinémas.Au début quand j’ai su l’âge de Brian je me suis méfié mais après l’avoir rencontré j’ai vite changé d’avis : il est très timide et super avec ma meilleure amie.

Dans le bus tout le monde est très calme, Mathilde discute avec Josh tandis que ma meilleure amie dors un peu. Quand à moi j’écoute de la musique, lunette de soleil au bout du nez tout en admirant le paysage et de temps en temps je prends une photo que je poste sur internet ou que j’envoie à des amis qui ne sont pas du voyage.

Perdu dans mes pensé je n’entends pas Josh s’asseoir a côté de moi, ce n’est que quand il me tapote sur l’épaule que je me rends compte de sa présence. Je lui souris.

« Tu es calme, tout va bien ? » Me demanda-t-il en levant un sourcil.

« Je suis un peu fatiguée, mais oui tout va bien. Et toi ? Heureux ? De partir je veux dire. » Chuchotai-je

« Pourquoi tu chuchotes ? »

Je lui montra ma meilleure amie toujours en train de buller.

« Ah oui donc pour répondre à ta question: oui, ça va nous faire du bien à tous je pense. » Chuchota-t-il.

« Je le pense aussi »

Il se leva alors je reportais mon attention vers le paysage.

« Je vais prendre quelque chose à boire, tu veux un truc ? » Me demanda-t-il

« Non, ça va aller merci quand même »

En vérité je n’avais qu’une envie qu’il me fiche la paix. Ce n’est pas contre lui je suis juste fatiguée et j’ai envie de me reposer avant d’arrivé à destination.

Je ne me rappelle pas quand je me suis endormis mais quand ma meilleure amie me réveilla nous étions arrivé au Touquet.

De mon sang – Amanda Hocking

de-mon-sang,-tome-1---de-mon-sang-1663382-250-400

Résumé : Une rencontre va bouleverser la vie d’Alice…
La vie d’Alice bascule le jour où elle croise Jack. Elle n’a jamais rencontré quelqu’un comme lui. Il suffira d’une discussion autour d’un café en pleine nuit pour qu’elle ait envie d’en découvrir plus à son sujet.
Puis Alice fait la connaissance de Peter, le frère de Jack.
Son regard la met très mal à l’aise, et elle peut à peine respirer en sa présence. Il la déteste, c’est évident… et pourtant elle est attirée par ses charmes. Impossible de lutter!
Mais hésiter entre deux garçons n’est pas ce qui pouvait arriver de pire à Alice.
Jack et Peter sont des vampires, et Alice doit désormais faire le choix le plus terrible de son existence: l’amour… ou son sang.

Mon avis: Si vous aimez Twilight alors vous aimerez ce livre, l’héroïne rencontre par hasard un garçon et elle découvre qu’il n’est pas normal et quand les sentiments commence à s’en mêler elle ne sait plus quoi faire.

Extraits:

  • -Pourquoi passes-tu ton temps à me sauver la vie?
    Ma voix tremblait, et des larmes brûlantes se mirent à couler sur mes joues. Jack me scruta comme s’il ne saisissait pas ce que j’entendais par là, mais je poursuivis, pleurant de plus belle :
    – Je ne comprends pas! Pourquoi me secours-tu sans cesse si tu as l’intention de me tuer? Pourquoi ne pas te dépêcher d’en finir avec moi? Est-ce un jeu malsain qui t’amuse? Tu es toujours obligé de jouer avec ta proie avant de la manger?
    Mes propos le laissèrent bouche bée et ses yeux s’écarquillèrent sous l’effet du choc et de la peine.
    -Est-ce que tu sais…, commença-t-il avant de s’interrompre pour tenter d’assimiler ce que je voulais dire. Nous n’allons pas te tuer.
    -Alors que ce passe-t-il? (Je hurlais presque désormais.) Bon sang, qui êtes-vous et qu’attendez vous de moi?
    -Alice, nous somme des vampires.
    Jack me regarda sans sourciller, et je faillis éclater de rire avant de m’apercevoir qu’il était tout à fait sérieux. Je sombrais dans un silence stupéfait, ce qui n’était pas plus mal, car soudain, des sirènes stridentes s’élevèrent, accompagnées de lumières clignotantes des véhicules de police et d’ambulances.

 

  • – Je ne peux pas rester avec toi dans cette voiture. Tu as déclenché quelque chose en moi et il faut que je me reprenne, mais tu es si…
    Il fit « non » de la tête, se refusant à exprimer son idée à voix haute.
    – Je ne pige pas. Si tu me veux si fort, pourquoi est-ce impossible ?
    Mes émotions se calquaient sur les siennes. Par conséquent, son désir était le mien. Si brut, pur et intense qu’il m’asphyxiait.
    Les mains sur les hanches, Jack poussa un soupir nerveux.
    – Alice… Peter me tuerait. Il me réduirait en charpie, littéralement. Non pas qu’il le voudrait, mais il le ferait.
    – Quoi ? Quel est le rapport avec lui ?
    Je songeai à Peter, étrangement excitée à l’idée qu’il manifesterait une certaine jalousie vis-à-vis de moi, et mon rythme cardiaque s’accéléra. Le visage de Jack se tordit affreusement, et il secoua la tête.
    – Tu penses à lui. Bordel, tu penses à lui, répéta-t-il en serrant les poings.
    – Je suis désolée, sanglotai-je en essayant de ralentir mon pouls.
    Jack avait vraiment l’air à l’agonie à cause de moi, et sa douleur me déchirait.
    – Pourquoi ne pas me mordre afin que ça cesse ?
    – Alice ! gémit Jack. C’est mon frère ! Et tu es à lui ! C’est à lui que tu appartiens, pas à moi !

 

  • – Comment va ta gorge ? s’enquit Peter d’une voix triste en admirant mon cou.
    – Ça va, mentis-je.
    J’avais l’impression d’avoir subi un sévère traumatisme cervical, mais je ne voulais pas qu’il culpabilise de m’avoir blessée. Je m’assis sur le canapé, par conséquent, il s’installa délibérément dans le fauteuil le plus éloigné de moi.
    – Je suis désolé, s’excusa-t-il. (Il me considéra d’un regard triste, puis baissa les yeux.) Je n’aurais pas dû faire ça. Mais tu doit savoir que je suis ainsi. Je ne suis pas très gentil, ajouta-t-il d’une voix à peine audible.
    – Je ne te crois pas.
    – Tu devrais, répondit-il en croisant posément mon regard. Tu serais beaucoup mieux avec Jack. Je suis…
    Il secoua la tête, incapable ou peu désireux de compléter sa phrase.
    Il était conscient de mes sentiments et du fait que je ne les maîtrisais pas, pourtant il essayait de me persuader qu’il était mauvais. Le choix s’était déjà opéré, et peu m’importait que Peter soit néfaste pour moi.
    – Mais je veux être avec toi, insistai-je.
    Quelque chose dans ma voix le surprit assez pour qu’il s’adoucisse un peu. Mais il se reprit très rapidement et ses traits se durcirent de nouveau.
    – Tu ignores ma nature. Je ne suis pas comme eux. Je suis dangereux.
    – En quoi es-tu différent ?

 

« Angel »-L.A. Weatherly

angel,-tome-1---burn-1943802

Résumé : Les anges sont partout : magnifiques, rayonnants, envoûtants.

Pourquoi Willow est-elle la seule à s’en méfier ?
Willow sait qu’elle est différente des autres filles de son âge, et pas seulement parce qu’elle aime réparer les voitures. Willow a un don.
Depuis sa naissance, elle peut lire l’avenir des gens et connaître leurs pensées les plus intimes. Mais elle ignore d’où lui vient cet étrange pouvoir…
Alex le sait, lui. Il connaît son secret. Alex parcourt le monde pour éliminer les anges. Et il a reçu l’ordre de supprimer Willow. Mais le ténébreux jeune homme n’avait pas prévu qu’il tomberait amoureux de sa victime.

Mon avis: j’ai eu le dernier tome de cette trilogie pour mon anniversaire et je viens tout juste de le finir. L’auteure sait vraiment s’y prendre pour vous transmettre des émotions. J’ai bien aimé l’idée « attention les anges sont mauvais! », surtout leurs big boss: Raziel, en parallèle avec The Mortal Instrument où ils sont les gentilles de l’histoire.

Extraits: 

  • En un éclair, il brandit son arme. Mais au moment de presser la détente, il se figea perplexe. Quelque chose n’allait pas.
    Au moment ou la lumière se fit dans son esprit, il ouvrit de grands yeux, contournant la table basse, son pistolet toujours braqué sur la créature qui flottait paisiblement devant lui, les ailes repliées dan le dos, la tête légèrement inclinée comme si elle dormait.Ce n’était pas le fruit de son imagination: l’ange ne semblait pas s’être aperçu de sa présence.
    En outre il n’avait pas de halo.
  • – Bon, tu es quoi, exactement ?
    J’ai relevé brusquement la tête. Il n’avait pas l’air de plaisanter.
    – Qu’est ce que ça veut dire, ça ?
    – Eh bien, tu es mi-ange, mi-humaine, non ? Comment ça se fait ?
    Je l’ai considéré bouche bée.
    – Mi-ange ? Non, pas du tout !
    – Ah oui ? Et c’était quoi, cette chose qui est apparue au-dessus de toi quand l’ange nous a attaqué ? a-t-il répliqué d’un ton cassant.
    Soudain terrifiée, je me suis passé la langue sur les lèvres.
    – Je… je ne sais pas de quoi tu parles.
    – Il y avait un ange au-dessus de ta tête et il avait le même visage que toi, a-t-il dit en accélérant pour doubler un camion. J’ai l’impression qu’il essayait de te protéger.
  • – Hé, tu pourras m’apprendre à parler espagnol, ai-je lancé après un silence.
    Il a souri et m’a embrassée sur le nez.
    – Qu’est-ce que tu veux que je t’apprenne ?
    – Pourquoi pas…
    Soudain, je ne trouvais plus les mots. J’ai contemplé Alex, ses cheveux sombres, les traits réguliers de son visage et je me suis rappelé la première fois que je l’avais vu, ses yeux bleu-gris qui m’avaient subjuguée à tel point que j’étais incapable de regarder ailleurs.
    A présent, j’avais du mal à en détacher le regard.
    La gorge serrée, j’ai promené mon doigt sur le contour de ses lèvres.
    – Pourquoi pas : « Tu me rends incroyablement heureuse et… et je veux passer le reste de ma vie avec toi » ?
    Le regard d’Alex trahissait tant d’émotion que je me suis sentie défaillir.
    – Je t’ai déjà appris ça, tu t’en souviens ?
    A ces mots, il s’est penché pour m’embrasser et ses lèvres se sont attardées sur les miennes.
    – Te amo, Willow.
    Quelque part au fond de moi-même, j’ai su que mon ange souriait.