Direction le paradis

86c2b977

5h00, mon réveil sonne.

5h05, je décide enfin de me lever.

5h10, habiller en short et top à bretelles, je mange une pomme tout en me brossant les cheveux, après je me fais un chignon bun décoiffé.

5h15, c’est bon je suis fin prête il ne me reste qu’à rassembler deux ou trois bricoles et prendre ma valise puis je pars.

  • Portable
  • Lunette de soleil
  • Mon ordinateur
  • Mon livre de chevet
  • Ma tablette
  • Ma clef USB avec quelques films, musiques et deux ou trois ebooks.

5h30, ma meilleure amie et mes amis arrivent enfin chez moi. Mais elle monte seule pour m’aider à descendre ma valise et mon sac a dos où j’ai fourré tout ce que je veux avec moi dans le bus car ma valise ira dans la soute. On allait descendre quand elle m’avait interpellé: « dit moi, tu vas quand même pas laisser ta guitare ici toute seule ? Elle va être triste ! ». J’avais donc répondu « Bha je ne pense pas trop avoir le temps de jouer là bas. ». Mais elle n’était pas du même avis : « tu rigoles ! C’est la plage là-bas ! Donc soirée feu de camp ce qui veut dire que tu pourras jouer ». Sans me laisser le temps de répliquer elle avait pris ma guitare et mon sac à dos puis était parti me laissant seule avec ma valise dans ma chambre à moitié vide.

En bas nous attendaient mon meilleur ami Josh ainsi que Mathilde une bonne amie et le petit copain de ma meilleure amie : Brian. Brian a 19 ans soit 3 ans de plus que nous donc c’est lui qui nous conduira en fait il a totalement retaper un bus ; il y a mis des canapés confortables avec des ceintures ainsi que deux télés avec home-cinémas.Au début quand j’ai su l’âge de Brian je me suis méfié mais après l’avoir rencontré j’ai vite changé d’avis : il est très timide et super avec ma meilleure amie.

Dans le bus tout le monde est très calme, Mathilde discute avec Josh tandis que ma meilleure amie dors un peu. Quand à moi j’écoute de la musique, lunette de soleil au bout du nez tout en admirant le paysage et de temps en temps je prends une photo que je poste sur internet ou que j’envoie à des amis qui ne sont pas du voyage.

Perdu dans mes pensé je n’entends pas Josh s’asseoir a côté de moi, ce n’est que quand il me tapote sur l’épaule que je me rends compte de sa présence. Je lui souris.

« Tu es calme, tout va bien ? » Me demanda-t-il en levant un sourcil.

« Je suis un peu fatiguée, mais oui tout va bien. Et toi ? Heureux ? De partir je veux dire. » Chuchotai-je

« Pourquoi tu chuchotes ? »

Je lui montra ma meilleure amie toujours en train de buller.

« Ah oui donc pour répondre à ta question: oui, ça va nous faire du bien à tous je pense. » Chuchota-t-il.

« Je le pense aussi »

Il se leva alors je reportais mon attention vers le paysage.

« Je vais prendre quelque chose à boire, tu veux un truc ? » Me demanda-t-il

« Non, ça va aller merci quand même »

En vérité je n’avais qu’une envie qu’il me fiche la paix. Ce n’est pas contre lui je suis juste fatiguée et j’ai envie de me reposer avant d’arrivé à destination.

Je ne me rappelle pas quand je me suis endormis mais quand ma meilleure amie me réveilla nous étions arrivé au Touquet.

Publicités

Fin de mon année de seconde

téléchargement (1)Voyez vous, à la fin de chaque année j’aime bien faire le point sur l’année écoulée.

Niveau scolaire : les professeurs sont plutôt satisfait dans l’ensemble bien sûr, nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. Enfin je ne vois pas comment ils pourraient ne pas l’être : j’ai commencé à 11 de moyenne générale pour finir à quasi 14 ,j’ai eu 13,94.

Quand à ma vie sociale : mon année de seconde s’est écoulée sans trop de soucis.

Je n’oublierai jamais mon premier jour, j’étais toute apeurée et j’avais la boule au ventre. Je n’osais pas parler. J’étais super timide. Alors que la semaine d’après j’étais déjà plus à l’aise.

La fin d’année est passée bien trop vite : je me revois encore revenir après mon repas et voir mes amis morts de rire car l’un d’eux s’était fait pourchassé par des vigiles après avoir mit tout les cadis de la supérette en plein milieu du parking. Ou encore les derniers cours de mathématiques, alors que l’on ne faisait plus cour nous jouions aux cartes ou bien nous faisions des bateaux en papier pour passé le temps.

Bien sûr mon lycée n’est pas le paradis : nous avions les cours donc des devoirs le soir et il y a eu quelques embrouilles bien souvent passagères. Bien que toutes les filles traînaient ensemble en début d’année, à par les starlettes de la classe, en fin d’année ce n’était plus vraiment le cas. En effet certaines ne savent plus supporter certaines, du coup nous nous étions divisée en plusieurs clans.

Mais dans l’ensemble et selon mon point de vue : ce fut une superbe année, tout simplement ! J’ai vraiment fait de fabuleuses rencontres.

Maintenant nos chemins vont se séparer suite à nos orientations respectives. Mais il est hors de question que l’on se perde de vu.

Vers l’au-delà

Avant de commencer à lire je voudrais partager avec vous une petite interviewe sur moi et mon blog faite par une blogueuse dont son blog a pour but de faire découvrir les différents blogs. Voici donc le lien. Vous aussi n’hésitez pas à vous inscrire.

Bonne lecture !


 

85084_9315_render_Net0ile_manga29


Cela faisait huit ans qu’ils partageaient la même classe, et huit ans qu’elle l’aimait secrètement.

Il arrivait qu’elle passe des récréations entière a la dessiner sur son petit carnet, petit carnet qu’elle avait toujours sur elle. Bien sûr elle n’était pas dupe, elle savait qu’il ne la voyait pas.

Un jour, peu avant les vacances de printemps, elle était en train de dessiner un paysage et lui était pas loin avec ses amis. Concentrée sur son dessin elle ne les a pas entendu pas partir. Ce fut quand elle entendit des bruits de voiture et de klaxon qu’elle releva la tête et se précipita voir ce qu’il s’était passé. Arrivé sur place elle ne vit qu’une voiture, bien amoché, et un corps inconscient éjecter de la voiture sur le ventre.

En retournant le corps elle dut se retenir de hurler. La victime… c’était lui ! Et elle ne pouvait rien faire… elle n’avait pas le droit d’influer avec les vivants car elle est morte… en automne dernier. Elle ne pouvait donc qu’attendre, et prier que quelqu’un arrive. Donc elle attendit, mais personne ne vint.

 

-Que fais-tu là ? Demanda une voix derrière elle.

-Oh, non !

-Quoi n…

Il s’interrompit en plein milieu de sa phrase, il venait de voir son corps.

-Co…comment ?

-Je suis désolé, tu es mort…

-C’est … impossible ! Non ! Tu mens !

Il éclata en pleur et se laissa tomber à terre. Elle s’accroupit également et le pris dans ses bras.

-Chut, ça va aller. Lui murmura-t-elle.

-Comment ?

-Tu es un esprit, tu es toi mais sans corps d’accord ? Rien n’a changé juste tu n’as plus de corps et tu ne peux plus interagir avec les autres vivants…

-Rien que ça.

Il esquissa un mince sourire.

-Merci

-De rien

-Tu étais au lycée ? Ton visage m’est familier.

-Oui, je suis morte cet automne.

-Oui, bon on fait quoi maintenant ?

-Tu prends la chose plutôt bien toi. Moi j’étais hystérique.

-Çà ne sert à rien, puis tu es là.

-Oui, bon bin maintenant, si tu es prêt, nous devons partir.

-Oui je n’en doute pas.

-On y va ?

-Je te suis, et je te suivrais pour l’éternité.

Il l’embrassa, un baiser était si…parfait, il n’y a pas de mots pour le décrire.

Et dans la lumière il la suivit.

Petite fille deviendra grande.

Elle est brune aux yeux marron, dont l’un est bien plus foncé que l’autre. Elle rentre en seconde, et elle aimerait que tout se passe bien, elle a peur, la boule au ventre elle avance cherchant des visages familiers. Rare sont les visages qu’elle reconnaît, peut-être aurait dût-elle faire comme les autres ? Aller dans un lycée privé avec tout ceux qu’elle connaît ? De toute façon il est trop tard pour faire marche arrière.

Le ciel est plein de nuage et petite fille a de plus en plus peur. De toute façon il est trop tard. Les portes s’ouvrent et tout le monde rentre, elle croise quelques visages familiers mais pas de visage ami. Un attroupement se forme autour du tableau d’affichage. Petite fille repère enfin un visage ami et s’avance vers lui enfin elle, c’est une de ses amies avec qui elle avait l’habitude de manger le midi. Son amie cherche leurs classe pendant qu’elle regarde les divers groupes d’adolescent qui se forme, elle sait que se ne sera pas facile de s’intégrer, mais elle essaiera quand même. Le temps passe et petite fille se demande quand son autre ami arrivera.

Enfin son autre ami est arrivé, bien que petite fille a encore peur elle se sent un peu mieux. Juste le temps de parler un peu des vacances et voila les professeurs principaux. La matinée passe rapidement, les professeurs ne font que donnés des informations.

Les jours passent, petite fille n’est plus si petite. Elle a rencontrée plein d’amie, des vraies. Mais aussi, lors des premières heures d’aide personnalisée les élèves avait été répartis au hasard, elle s’était retrouvé au CDI. Le documentaliste demandait à créer des sketchs comme SODA ou Scène de Ménages. Très vite il la repéra, après les deux heures il lui parla un peu car elle passait beaucoup de temps sur le facebook du journal du lycée et il l’avait remarqué. Le lendemain il lui demander d’assister a une réunion du journal et elle accepta. Après tout, pourquoi pas ? Elle adorait écrire, et pendant les vacances le documentaliste avait posté une annonce pour recruté, elle s’était alors tâtait mais pour finir n’avait rien fait.

Les mois ont passés, voila venir les vacances de février. Au journal il y a eu un vote afin d’élire le président, petite fille s’est présenté et la voila présidente. Les vacances vont permettre de se reposer car elle n’a pas chômer ses derniers temps en effet elle a écrit un dossier pour le journal: « Amnesty International » l’association contre la peine de mort dans le monde. Ce dossier fait trois page, pour l réaliser elle a dût faire une interview de 2h30. Elle est assez contente du résultat, les journaux devrait être distribué après les vacances de février.

Petite fille n’est plus si petite, elle devient grande et s’affine, on lui reproche de temps en temps d’avoir changer mais elle s’en fiche. De toute façon on s’en fiche de ce que les autres pense, non? En tout cas elle oui. Certains la disent mature, d’autre gamine mais elle sait se qu’elle vaut.

Elle prépare une entrée en première STMG, une première en gestion et management, chaleureusement encouragé par le documentaliste et son professeur principal.

Ainsi va la vie…

On se parle, on s’ignore, on se reparle, on s’oublis, on repart a zéro pour se reperdre à nouveau. Mais en fin de compte, a quoi ça rime de faire semblant? De se reparler pour s’oublier aussi vite? En fin de compte, pourquoi ça se passe ainsi?

Je ne sais pas comment on peu oublier les personnes à qui on dit bonjours tous les matins sous prétexte qu’un matin on ne les as pas vu. Je ne sais pas comment on peu les oublier sans s’en rendre compte. Je ne sais pas pourquoi on les oublis alors que l’on aimes bien ses personnes mais que ce ne sont pas des amis juste des connaissance. A quoi ça rime? Est-ce moi qui est bizarre? Non … je ne pense pas, je ne pense pas être la seule et je ne suis pas la seule. Mais pourquoi c’est ainsi, sous prétexte qu’ils n’ont pas marqué notre vie on doit les oublié sans même le savoir? Non! Bien sûr que non! Mais nous sommes humains… et nous oublions vite ceux qui croisent notre route tout comme ceux qui croisent notre route sans que nous marquions leurs vies nous oublient.

C’est ainsi que va la vie, le temps passe et nous oublions beaucoup de choses et malheureusement nous ne pouvons rien y faire. Nous sommes tous pareils au fond, nous ne voyons pas le temps passer, et nous ne voyons pas que l’on change tout de suite. Nous voyons trop tard que le temps est passé et nous avons l’impression que c’était une autre vie, après tout la vie est courte et elle passe si vite… il faut profiter du moment présent, et surtout faire un effort pour ne pas oublier même si nous ne pouvons pas y faire grand chose.

Amoureuse de la nature

Elle avait les cheveux noir avec des mèches roses. Elle avait des rondeurs. Elle aimait passer du temps aux écuries non loins de chez elle, elle pouvait y passé des heures et des heures. Son cheval s’appel Black-Beauty, c’est un pur sang arabe et chaque jour elle le montait et ensuite le nettoyait. Tous les jours sans exception.

Mais maintenant, tout a basculer. Elle a fait une mauvaise chute. Et personne ne sait quand, ni si, elle reviendra aux écuries. Son cheval l’attends.

Le temps passe et rien ne change, elle ne vient toujours pas et son cheval l’attends toujours. Ses parents sont obliger de se séparé de Black-Beauty.

Un jour, elle remue un doigts et enfin ouvrit les yeux. Ses parents sont fou de joie, malheureusement quand elle retourne aux écuries sont cheval n’y est plus.

Le mois passa, enfin elle retrouva.

Une fois adulte elle pu ouvrir un immense ranch très réputé. Les cavaliers y venaient des quatre coins du monde afin de participé à des concours. Elle était devenu très populaire dans le monde équestre et elle avait assez d’argent pour continuait sans peine a financer diverse association caritative.

Elle était écrivaine…

Sa passion depuis toute petite était l’écriture autant que la lecture. Il y a environ deux ans elle s’est décider à envoyer ses écrits, dont un livre. Ce livre parlait de paradis, de démons ainsi que d’ange et de démon, elle parle de la mort. Elle dit que en fin de compte on est content de partir, que l’éternité est le véritable enfer car devoir rester là dans ce monde, et tout les jour entendre ou même juste savoir que partout dans le monde se produise des horreurs.

La seul consolation pour ses amis est sans doute que maintenant elle ne souffre plus, qu’elle est en paix. Avant de partir, elle a pu réaliser ses rêves, par exemple son livre il a été best-seller et elle avait trouvé l’amour. Un amour, un vrai amour pas un faux.

Elle n’avait pas encore d’enfants mais sans doute ça n’aurait pas tardé. Elle était sensible aussi, mais ni trop ni pas assez, elle défendait toujours sont point de vue, ainsi que ses proches.

Pendant l’hiver quand elle n’écrivait pas elle lisait assise au coin du feu son chat a ses pieds et rien ne pouvait la déconcentré.

Le plus malheureux fut que quand son heure arriva elle ne put achever la dernière phrase de son livre, elle venait de le finir. Ce livre aurait pu être un autre best-seller, mais il ne pu, il fut mis en ligne ainsi tout le monde pu le lire bien qu’il manquait la fin. Fin qu’elle avait emporté avec elle dans sa tombe, fin qui ne serait jamais écrite, une fin inconnue.