Revanche – Cat Clarke

revanche-283786

Résumer: Jusqu’où irez-vous pour connaître la vérité ?

Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait pas les garçons… A la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable.

C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur internet. Cette vidéo compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve de mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide…

A la suite de ce drame, Jem prend alors trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Les tiendra-t-elle ?

L’édition Robert Laffont a également fait un vidéo style résumer. La voici donc.

Mon avis: Tout d’abord: je voudrais rebondir sur la phrase « slogan », c’est à dire : « Jusqu’où irez-vous pour connaître la vérité ? ». Je pense que personnellement j’irai beaucoup trop loin, comme Jem (bon pas autant bien sûr ! Mais quand même…) sinon c’est une jolie histoire triste, comme Cat Clarke a l’habitude. Malgré l’épilogue manquant, oui on voit le dernier sms et la dernière lettre mais ce n’est pas assez a mon goût j’aurai aimé savoir la réaction des autres.L’histoire est très bien ficeler bien que la fin soit prévisible.

Extraits:

  • « Kai, tu es sûr que ça va ? Tu es un peu bizarre… »
    Il m’a embrassée sur le front. « Ah, Jemima ! Ce côté bizarre fait partie de mon charme, mais je ne t’apprend rien. » Il m’a prise dans ses bras et serrée si fort que j’ai failli tourner de l’œil.
    J’allais m’écarter, mais il m’a serrée encore plus fort. « Ah non, a-t-il murmuré à mon oreille. Je n’ai pas encore envie de te lâcher. Je trouve ça particulièrement bon, aujourd’hui. »
    Nous sommes restés debout sur le seuil de l’entrée pendant au moins deux minutes. Un moment plutôt agréable. J’avais toujours la sensation que le monde était un endroit meilleur, plus sûr, quand Kai me prenait dans ses bras. Kai ne sentait pas aussi bon que d’habitude. Un arôme de vieux café se mélangeait à son odeur, ce qui expliquait bien sa bizarrerie – Kai et la caféine n’ont jamais bien cohabité.
    Il a fini par me lâcher, au bout d’un moment, et par poser ses mains sur mes épaules, mais pas comme Stu dans le couloir du bahut. « Je t’aime, Jem. Si j’étais un de ces horribles hétéros, je te violerais sur place ! » Sur ces paroles, il a enfoui son visage dans mon cou et fait semblant de me… violer,bref, vous voyez ce que je veux dire.
    Je me suis tortillée avant de me dégager d’un bond. « Bas les pattes, espèce de crétin ! Et arrête de mentir – si tu étais hétéro, tu sortirais avec Sasha Evans ou une nana dans le genre. »
    Il a penché la tête sur le côté et réfléchi un instant à ce que je venais de dire. « Ouais, tu dois avoir raison. Je suis trop bien pour toi. » J’ai tenté de le frapper, mais il a réussi à esquiver le coup. « Si tu faisais quelque chose avec ces cheveux, y aurait peut-être moyen, par contre… »
    J’ai secoué la tête et commencé à redescendre l’allée. « Hé ! Je plaisante… Jem ! Tu es magnifique. » Sa voix m’a paru différente, cette fois ; plus grave. J’ai fais un demi-tour sur moi-même. Le visage de Kai avait lui aussi changé – plus sérieux.
    « Tu n’es qu’un sale menteur, Kai McBride. » Sur ces mots, je lui ai tiré la langue.
    Je suis partie sans me retourner.
    Je ne l’ai plus jamais revu, après ça.
  • Il approche son visage du mien. « Et ne pense pas que je n’ai pas vu comment tu as maté mes jambes tout l’aprème. »
    Je le frappe à l’épaule. « Mater tes jambes ? C’est ça…
    – Je suis sûr que tu as fais exprès de renverser cette canette, me murmure-t-il, pour me voir en short. Vraiment, Jem, je t’imaginais plus classe que ça.
    – Argh ! Tu as percé mon plan diabolique. La prochaine fois, je renverserai une cuve entière de Coca rien que pour t’obliger à te balader dans le bahut en caleçon. »
  • Il me manque tellement. Ça ne devient pas plus facile. Peu importe ce que les gens disent, le temps ne guérit pas les blessures. Il vous montre simplement de nouvelles, et encore plus douloureuses manières de souffrir de l’absence de quelqu’un. Plus cette personne est partie depuis longtemps, pire c’est, parce qu’on commence à oublier son sourire, sa façon de pencher la tête lorsqu’elle réfléchissait, de vous regarder et de deviner ce à quoi vous pensiez. Bientôt, on se met même à avoir la sensation que les souvenir sont étés remplacés par des images photographiques – comme si la seule façon de se rappeler cette personne se trouvait désormais sur un cliché, et qu’elle devenait bidimensionnelle. Et comme ça déchiré le cœur rien que d’y penser, on évite de le faire.
  • Il approche son visage du mien. « Et ne pense pas que je n’ai pas vu comment tu as maté mes jambes tout l’aprème. »
    Je le frappe à l’épaule. « Mater tes jambes ? C’est ça…
    – Je suis sûr que tu as fais exprès de renverser cette canette, me murmure-t-il, pour me voir en short. Vraiment, Jem, je t’imaginais plus classe que ça.
    – Argh ! Tu as percé mon plan diabolique. La prochaine fois, je renverserai une cuve entière de Coca rien que pour t’obliger à te balader dans le bahut en caleçon. »
Publicités

Une réflexion sur “Revanche – Cat Clarke

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s