Renouveau

Après avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de changé de serveur pour A Travers les Yeux D’Elo étant donné que j’en ai assez de me battre avec pour :

– Essayer de le personnalisé (petit détail qui a son importance, du moins pour moi).

-Planifier mes articles (là encore j’utilise beaucoup cette fonction qui malheureusement bug un peu trop à mon goût).

J’ai donc choisi Blogger, que j’avais déjà testé et approuvé. Il ne me restait plus qu’à mettre tout mes articles dessus. Chose faite ! Voici donc l’adresse de mon nouveau Blog.

http://les-lectures-delo.blogspot.fr/

Publicités

Insaisissable – Tahereh Mafi

insaisissable,-tome-1---ne-me-touche-pas-2140872 insaisissable,-tome-1---ne-me-touche-pas-2717642

Résumer : JE SUIS MAUDITE
J’AI UN DON

JE SUIS UN MONSTRE
JE SUIS PLUS FORTE QU’UN HOMME

MON TOUCHER EST MORTEL
MON TOUCHER EST POUVOIR

JE VEUX QU’IL ME TOUCHE
IL NE DOIT PAS M’APPROCHER

JE SUIS LEUR ARME
JE ME VENGERAI

Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un crime. Un accident. 264 jours sans parler. Ni toucher personne. Alors pourquoi Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance vient-il partager se cellule ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?

L’organisme tout-puissant qui régit le monde de Juliette n’hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Mais ce que désire par-dessus tout Warner, le fils de son leader, c’est Juliette. La malédiction qui pèse sur la jeune fille est pour lui une arme inestimable.

Seulement Juliette n’a pas l’intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois le courage de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu’elle croyait avoir perdu pour toujours…

Mon avis : Un vrai petit bijou!

C’est vrai que l’auteure a un style bien à elle du genre ça passe ou sa casse mais j’aime bien son style.
Juliette est vraiment sympa comme personnage.

Extraits : 

  • Je sais seulement que les scientifiques se trompent.
    La terre est plate.
    Je le sais parce qu’on m’a poussée dans le vide et cela fait 17 ans que j’essaye de me cramponner au bord.
  • Mes yeux s’ouvrent et découvrent 2 yeux, 2 lèvres, 2 oreilles, 2 sourcils.
    Je réprime mon envie de crier, de fuir, paralysée par l’épouvante.
    – T’es un g-g-g-garç…
    – Et toi, une fille.
    Il arcque un sourcil. Il s’éloigne de mon visage. Il écarte les lèvres jusqu’aux oreilles, mais sans sourire, et j’ai envie de pleure. L’air désespéré, terrifié, je lance des regards furtifs vers la porte que j’ai tenté d’ouvrir tellemnet de fois que je ne les compte plus. Ils m’ont enfermée avec un garçon. Un garçon.
    J’hallucine.
    Ils essaie de me tuer.
    Ils ont dû le faire exprès.
  • – Pourquoi tu pleures … ?
    – Tu peux me toucher, dis-je en le reconnaissant à voix haute pour la première fois, avant que mes paroles ne se noient dans un murmure. Tu peux me toucher. Tu tiens à moi et je ne sais pas pourquoi. Tu es gentil et tu n’es pas obligé de l’être. Ma propre mère ne tenait pas suffisamment à moi pour … pour …
  • James nous regarde, son frère et moi à tour de rôle, puis revient sur moi. Il me tend la main.
    – Ben… c’est cool de faire enfin ta connaissance.
    Mon visage se décompose. Mon cœur tambourine dans mes oreilles. Mes genoux sont sur le point de se briser. Impossible de détourner les yeux de sa petite main tendue vers moi.
    – James, intervient Adam d’un ton un peu sec.
    Son frère s’esclaffe.
    – C’était juste pour rigoler, dit-il en abaissant la main.
    – Quoi ?
    Je respire à peine. J’ai le tournis, je ne comprends plus.
    – T’inquiète pas, reprend James en gloussant toujours. Je vais pas te toucher. Adam m’a parlé de tes pouvoirs magiques, ajoute-t-il en roulant des yeux.
    – Adam t’a… il a fait… quoi ?
    – Hé, on pourrait peut-être se mettre à l’intérieur, suggère Adam en s’éclaircissant la voix un peu trop fort. Je récupère juste nos sacs en vitesse…
    À ces mots, il retourne au tank et je me retrouve face à James, qui ne cache pas sa curiosité.
    – T’as quel âge ? me demande-t-il.
    – Dix-sept ans.
    Il hoche la tête.
    – C’est ce qu’Adam m’a dit.
    Je me hérisse.
    – Et qu’est-ce qu’il t’a dit d’autre sur moi ?
    – Que t’avais pas de parents non plus. Que t’étais comme nous.
    Mon cœur fond. Ma voix s’adoucit.
    – Et toi, t’as quel âge ?
    – J’aurai onze ans l’an prochain.
    Je souris à belles dents.
    – T’en as donc dix ?
    Il croise les bras. Fronce les sourcils.
    – J’en aurai douze dans deux ans.
    Je crois que j’adore déjà ce gamin.

Revanche – Cat Clarke

revanche-283786

Résumer: Jusqu’où irez-vous pour connaître la vérité ?

Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait pas les garçons… A la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable.

C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur internet. Cette vidéo compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve de mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide…

A la suite de ce drame, Jem prend alors trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Les tiendra-t-elle ?

L’édition Robert Laffont a également fait un vidéo style résumer. La voici donc.

Mon avis: Tout d’abord: je voudrais rebondir sur la phrase « slogan », c’est à dire : « Jusqu’où irez-vous pour connaître la vérité ? ». Je pense que personnellement j’irai beaucoup trop loin, comme Jem (bon pas autant bien sûr ! Mais quand même…) sinon c’est une jolie histoire triste, comme Cat Clarke a l’habitude. Malgré l’épilogue manquant, oui on voit le dernier sms et la dernière lettre mais ce n’est pas assez a mon goût j’aurai aimé savoir la réaction des autres.L’histoire est très bien ficeler bien que la fin soit prévisible.

Extraits:

  • « Kai, tu es sûr que ça va ? Tu es un peu bizarre… »
    Il m’a embrassée sur le front. « Ah, Jemima ! Ce côté bizarre fait partie de mon charme, mais je ne t’apprend rien. » Il m’a prise dans ses bras et serrée si fort que j’ai failli tourner de l’œil.
    J’allais m’écarter, mais il m’a serrée encore plus fort. « Ah non, a-t-il murmuré à mon oreille. Je n’ai pas encore envie de te lâcher. Je trouve ça particulièrement bon, aujourd’hui. »
    Nous sommes restés debout sur le seuil de l’entrée pendant au moins deux minutes. Un moment plutôt agréable. J’avais toujours la sensation que le monde était un endroit meilleur, plus sûr, quand Kai me prenait dans ses bras. Kai ne sentait pas aussi bon que d’habitude. Un arôme de vieux café se mélangeait à son odeur, ce qui expliquait bien sa bizarrerie – Kai et la caféine n’ont jamais bien cohabité.
    Il a fini par me lâcher, au bout d’un moment, et par poser ses mains sur mes épaules, mais pas comme Stu dans le couloir du bahut. « Je t’aime, Jem. Si j’étais un de ces horribles hétéros, je te violerais sur place ! » Sur ces paroles, il a enfoui son visage dans mon cou et fait semblant de me… violer,bref, vous voyez ce que je veux dire.
    Je me suis tortillée avant de me dégager d’un bond. « Bas les pattes, espèce de crétin ! Et arrête de mentir – si tu étais hétéro, tu sortirais avec Sasha Evans ou une nana dans le genre. »
    Il a penché la tête sur le côté et réfléchi un instant à ce que je venais de dire. « Ouais, tu dois avoir raison. Je suis trop bien pour toi. » J’ai tenté de le frapper, mais il a réussi à esquiver le coup. « Si tu faisais quelque chose avec ces cheveux, y aurait peut-être moyen, par contre… »
    J’ai secoué la tête et commencé à redescendre l’allée. « Hé ! Je plaisante… Jem ! Tu es magnifique. » Sa voix m’a paru différente, cette fois ; plus grave. J’ai fais un demi-tour sur moi-même. Le visage de Kai avait lui aussi changé – plus sérieux.
    « Tu n’es qu’un sale menteur, Kai McBride. » Sur ces mots, je lui ai tiré la langue.
    Je suis partie sans me retourner.
    Je ne l’ai plus jamais revu, après ça.
  • Il approche son visage du mien. « Et ne pense pas que je n’ai pas vu comment tu as maté mes jambes tout l’aprème. »
    Je le frappe à l’épaule. « Mater tes jambes ? C’est ça…
    – Je suis sûr que tu as fais exprès de renverser cette canette, me murmure-t-il, pour me voir en short. Vraiment, Jem, je t’imaginais plus classe que ça.
    – Argh ! Tu as percé mon plan diabolique. La prochaine fois, je renverserai une cuve entière de Coca rien que pour t’obliger à te balader dans le bahut en caleçon. »
  • Il me manque tellement. Ça ne devient pas plus facile. Peu importe ce que les gens disent, le temps ne guérit pas les blessures. Il vous montre simplement de nouvelles, et encore plus douloureuses manières de souffrir de l’absence de quelqu’un. Plus cette personne est partie depuis longtemps, pire c’est, parce qu’on commence à oublier son sourire, sa façon de pencher la tête lorsqu’elle réfléchissait, de vous regarder et de deviner ce à quoi vous pensiez. Bientôt, on se met même à avoir la sensation que les souvenir sont étés remplacés par des images photographiques – comme si la seule façon de se rappeler cette personne se trouvait désormais sur un cliché, et qu’elle devenait bidimensionnelle. Et comme ça déchiré le cœur rien que d’y penser, on évite de le faire.
  • Il approche son visage du mien. « Et ne pense pas que je n’ai pas vu comment tu as maté mes jambes tout l’aprème. »
    Je le frappe à l’épaule. « Mater tes jambes ? C’est ça…
    – Je suis sûr que tu as fais exprès de renverser cette canette, me murmure-t-il, pour me voir en short. Vraiment, Jem, je t’imaginais plus classe que ça.
    – Argh ! Tu as percé mon plan diabolique. La prochaine fois, je renverserai une cuve entière de Coca rien que pour t’obliger à te balader dans le bahut en caleçon. »

2 mois après voici le résultat de la liste « trucs à faire cet été »

summer2014

-Je me suis bien remis à écrire: en effet j’ai commencé 2 ou 3 histoires, mais rien de bien intéressant.

-j’ai lu:

  • The mortal instrument tome 5 de Cassandra Clare (mon avis sur le tome 1 ici)

  • La sélection tome 1,2 et 3 + les hors série de Kiera Cass  (mon avis sur le tome 1 ici)

  • Lycée out de Claire Loups

  • Addict de Jeanne Ryan (mon avis ici)

  • divergente tome 1 à 3 de Veronica Roth

  • un sentiment plus fort que la peur de Marc Levy (mon avis ici

  • insaisissable tome 1,2 et 3 de Tahereh Mafi (mon avis ici

  • L’été ou ma vie à changer d’Alyson Noël

  • Angel fever de L.A. Weatherly (mon avis sur le tome 1 ici)

  • Une guitare pour deux de Mary Amato

  • Star incognito de Meg Cabot

  • Nos étoile contraire John Green (mon avis ici)

  • Le carnet de Théo tome 2 et 3 d’Eléonore Cannone

  • Maison de la nuit tome 1 à 6 de P.C. et Kristin Cast

  • Rebecca Kean tome 1 à 4 de Cassandra O’Donnell (mon avis ici)

  • Dengeki Daisy (Manga) Tome 1 à 16  de Kyousuke Motomi (mon avis ici)

-j’ai regarder

  • l’intégral de sonny with a chance

  • austin et ally

  • la saison 3 de revenge

  • la saison 5 de vampire diaries

  • saison 4 et 2 de pretty little liars

  • under the dome saison 2 le début

  • saison 3 once upon a time

Rebecca Kean – Cassandra O’Donnell

rebecca-kean,-tome-1---traquee-144731-250-400

Résumé :

Nouvelle-Angleterre, Burlington… Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il…
 » Depuis le temps que je me planquais et que je filais doux, cela devait bien finir par me tomber dessus un jour. Inutile de la jouer discrète à présent, toute la communauté surnaturelle de Burlington (oui, c’est un trou perdu et pourtant, il y a foule) a découvert mon existence. « Et après ? » me direz-vous. Eh bien, une sorcière de guerre, ça ne court pas les rues. Les autres clans le savent, eux. Je suis dans une belle panade. Surtout qu’à présent, le Directum me demande d’être son Assayim. Ou, si vous préférez, son tueur à gages… « 

 

Avis:

Ce livre est un vrai coup de cœur, notamment a cause des personnages hauts en couleurs tel Rebecca et sa fille qui ont toutes les deux un caractère bien trempé.  En plus l’histoire est accrocheuse et le fait que l’auteure soit français est un petit plus.

Extraits:

  • Burlington, Vermont, Nouvelle-Angleterre, était considéré par le reste du pays comme un trou perdu.
    Charmant, mais tellemnent ennuyeux. Ca me convenait plutôt bien au début, du moins jusqu’à ce que je réalise que ce paisible petit bled abritait en secret l’une des plus vieilles communautés surnaturelles du pays. Vous me direz, rien n’est parfait…peut être, mais si j’avais su, j’y aurais regardé à deux fois avant de de venir m’y installer six mois plus tôt. Les humains de l’office du tourisme auraient dû le mentionner dans leurs prospectus. Ca aurait donné un truc du genre:
    « Venez visiter Burlington, l’été, vous pourrez pratiquer les sports nautiques ou pêcher sur le lac Champlain et l’hiver, vous pourrez faire du ski ou de la randonnée en raquettes, ah, au fait, n’oubliez pas d’amener avec vous quelques fusils munis de balles d’argent, un ou deux pieux, trois ou quatre lance-flammes, les habitants du coin sont du genre irritable… »

 

  • – Je n’appartiens à personne. Je suis libre et, croyez-moi, il est hors de question que l’un de vous se permmette de m’approcher à nouveau, lançai-je, furieuse, en courant vers la porte.
    Mais Raphael fut plus rapide.
    – N’essaie pas de quitter la ville, dit-il d’un ton rageur en m’empêchant de sortir.
    – Arrête de penser que j’ai besoin d’être protégée, bordel, dis-je d’un ton agressif. Et vire-moi ton putain de garde du corps lubrique.
    – Non. Pas tant que je n’ai pas trouvé quelqu’un d’autre.
    – Très bien, alors je lui ouvrirai mon lit jusqu’à ce que tu lui trouves un remplaçant…
    – Raphael, non! hurla Mark.
    Le bras du vampire s’était comme suspendu dans les airs, sa main à quelques centimètres de ma joue. Je reculai, saisie.
    – Le calme, le calculateur, l’impassible Raphael sur le point de perdre son sang-froid à cause d’une femme… Jamais je n’aurais cru voir ça un jour, fit- Mark.
    Raphael émit un grognement de frustation et s’assit contre le mur aussi loin possible de nous qu’il le pouvait et fit retomber ses cheveux devant son visage comme pour se cacher.
    – Je ne comprends plus rien, fis-je d’une voix douce.
    – C’est pourtant simple. Raphael ressent des émotions mais il est si peu habitué à les gérer qu’il n’arrive pas à se contrôler.
    Ça c’était pas bon. Pas bon du tout.

 

  • Il était encore très tôt, à peine 10 heures, quand Linus me ramena à la maison. En entrant dans l’appartement, je me déshabillai aussitôt, bien décidée à dormir une ou deux heures. Le manque de sommeil commençait à cruellement me taper sur le système et j’avais besoin de récupérer un peu avant d’aller fouiller la maison de Kathryn et de rendre visite aux potioneuses. Malheureusement, en entrant dans ma chambre, je m’aperçus que mon lit n’était pas vide.

    — Bruce ! hurlai-je.

    Les baby-sitters ne sont pas censés dormir dans le lit des parents des enfants qu’ils gardent, si ?

    Le loup-garou ouvrit les yeux et les écarquilla en découvrant que j’étais complètement nue.

    — Désolé. Je suis resté pour te rassurer à propos de Leonora et te dire qu’elle avait parfaitement bien déjeuné et que je l’avais déposée à l’école mais je me suis endormi.

    — Je te remercie et maintenant, dehors ! ordonnai-je.

    Il me lança un regard admiratif qui me fit rougir jusqu’aux oreilles.

    — Tu es sûre ?

    — Oui, elle l’est, fit soudain une voix derrière moi.

    Je me retournai. Les yeux de Mark étaient rouge écarlate.

    — On ne peut vraiment pas te laisser seule un instant, dit-il en respirant bruyamment.

    Génial. J’étais nue devant un loup-garou que je connaissais à peine et un démon me faisait une crise de possessivité

 

  • — Tuer ou hypnotiser des humains est interdit dans cette ville, messieurs, dis-je d’une voix glaciale, si vous avez faim, il faudra vous contenter du dépôt qui se trouve sur Main Street, on vous fournira selon vos besoins.
    Se nourrir directement à la source était proscrit par le traité dans les villes et les agglomérations de moins de 400 000 habitants. En dessous de ce chiffre, les meurtres et les disparitions risquaient d’attirer l’attention des humains et de la police. Depuis plus d’un an, les vampires étaient donc obligés de se ravitailler dans des banques de sang privées, détenues par la communauté.
    Évidemment, au début, il y avait bien eu quelques grognements et des réticences, surtout parmi les jeunes vampires, les plus sensibles à l’appel du sang. Mais après quelque temps, et l’élimination systématique des plus récalcitrants, les choses avaient fini par s’installer.
    Le grand brun me lança un regard surpris.
    — Qui es-tu?
    Je levai les yeux au ciel.
    — Quelqu’un qui va te tuer si tu continues à poser des questions idiotes, répondis-je avec agacement.
    — Elle n’a pas froid aux yeux, pas vrai, Phil? fit-il en me lançant un regard curieux.
    — Ça ne va pas durer, fit le petit grassouillet.
    Quand on est con, on est con…
    — Ça c’est sûr, dis-je en souriant.
    Une lumière rouge m’entoura tout à coup, je concentrai mon pouvoir de feu et envoyai sur le trapu vindicatif une boule d’énergie qui l’embrasa en quelques dixièmes de seconde.
    — Poussière, tu redeviendras poussière et coetera, et coetera, dis-je en me retournant vers le grand brun.

Hush Hush – Becca Fitzpatrick , article invité

Voici le tout premier article invité qu’accueil le blog. Et c’est également le tout premier avis qu’a publié mon amie Julie sur sa page facebook.

page

 

les-anges-dechus,-tome-1---hush,-hush-51041

 

J ai littéralement dévoré ce livre!! En même pas une journée je l ai lu!! J ai simplement ADORÉ!! L histoire est prenante, plein de suspense mais je trouve les nom un peu bizarre (patch, vee…) sinon l histoire est INCROYABLE je le conseille !! Du fantastique, de l’action, de l’humour et de l’amour! Tout ce que j’aime!!

*
Résumé: (4eme de couv):

Son nom affole toute les jeunes filles du lycée. Patch est beau, ténébreux, sulfureux. Mais lui ne voit que Nora… qui s’en passerait bien. Patch semble en savoir long, trop long sur son compte: la mort de son père, son manque d’assurance, la moindre de ses pensées…. L’attention qu’il lui porte la fascine, l’inquiète.
Qui est vraiment ce garçon ?
Est-il lié aux incidents bizarres qui se multiplient autour d’elle ?
Portland se fait bientôt le théâtre d’un combat vieux comme le monde. En suivant cette gueule d’ange jusqu’aux portes de la mort, la lycéenne risque bien de se brûler les ailes….
*
Mon résumé:
En cours de biologie, les élèves subissent « un plan de classe » et Nora se retrouve à côté de Patch. A chaque fois qu’il lui parle, elle est dépourvu de tout et se retrouve comme envoûter. Elle a beau lui poser des questions, il retourne la situation pour parler de Nora alors qu’il connait déjà (presque) tout sur elle. Quand Nora fait la connaissance de Dabria, un ange amoureux de Patch, (elle n’a toujours pas avalé le fait que Patch a voulu devenir humain puisqu’il était tombé amoureuse d’une mortelle), elle apprend que le but de Patch est de la tué car c’est une descendante du duc de Langeais, en d’autre terme c’est une Nephilim. Nora essaie de fuir Patch croyant que c’est lui le danger, elle n’aime pas sa prétention ni sa confiance en lui, elle le fuie tant qu’elle peut et fait la rencontre d’Elliot, un gentil garçon à première vu, et de Jules, son meilleur ami qui timide et qui ne parle presque jamais. Nora apprend qu’il a été accusé dans une affaire de meurtre quelques mois plus tôt. Quand elle veut fuir, c’est trop tard, il tient sa meilleure amie, Vee, elle doit donc la sauver mais retrouve Elliot à moitié mort dans le lycée….
*
Mon passage préféré:
Avec un sourire amusé, Patch s’exécuta et je relevai son T-shirt jusqu’aux épaule. Sur son dos, fin et musclé, les cicatrices avaient disparu.
-Tu ne peux pas voir mes ailes, expliqua-t-il. Elles sont immatérielles.
-Tu es un ange gardien à présent….
Encore trop impressionnée pour tout comprendre, je me sentais néanmoins ébahie, intriguée… et incroyablement heureuse.
-Je suis ton ange gardien.
-Mon ange gardien? Et en quoi consiste ton rôle exactement?
-Eh bien, je suis un genre de garde du corps, ajouta-t-il avec un large sourire. Et comme je prends mon travail très au sérieux, je vais devoir étudier mon sujet de très près.
*
EXTRAITS :
-Et en plus ,tu sens bon ,reprit Patch.
-Ça s’appelle «prendre une douche» ,répliquai-je sans tourner la tête.
Comme il ne répondait pas , je lui jetai un regard en coin.
-Tu sais : savon, shampoing ,eau chaude.
-Toute nue.Oui,je connais le principe .*
*
– Ton plus grand rêve?
– T’embrasser.
– Ce n’est pas drôle.
– Non, mais ça t’a fait rougir.
*
– C’est complètement dingue, chuchotai-je à Patch.
– Mais je suis dingue, répondit-il, sur le point d’éclater de rire. De toi, évidemment.
*
-Est-ce qu’il t’arrive de prendre quelque chose au sérieux?
-Certaines choses, dit-il en tapotant sa lèvre.
-Quoi, par exemple?
-Toi.
*
– Comment s’est passée ta soirée ? La séance de devoirs s’est avérée trop violente ?
– Tu t’imagines que j’ai passé la nuit sur mes cahiers ?
– Sur qui as-tu passé la nuit alors ?
*
-Tu sembles en savoir long à mon sujet, remarquais-je, formulant la litote de l’année, plus que tu ne le devrais, d’ailleurs. Et tu réussis toujours à me mettre mal à l’aise.
-Tu me facilites la tâche.
Une colère fulgurante s’empara de moi.
-Tu admets donc le faire exprès?
-Quoi?
-ça, me provoquer.
-Redis « provoquer ». Ça rend tes lèvres tellement… provocantes.
*
– Arrêtons de jouer, Nora. Tu m’as dans la peau, dit-il avec un regard subitement profond. Et je t’ai dans la peau.
Il se pencha vers moi et posa ses lèvres sur les miennes.

Dengeki Daisy – Kyousuke Motomi

dengeki-daisy,-tome-1-124378

Résumé : « Quoiqu’il arrive, je te protégerai. »

Depuis la mort de son frère, l’unique parent qui lui restait, Teru vit seule, avec pour soutient moral, le téléphone portable que son frère lui a donné et sur lequel elle reçoit les mails d’un personnage mystérieux se faisant appeler « Daisy ».
Un jour, pour une raison idiote, elle se retrouve à travailler au service de Kurosaki, le gardien du lycée aux allures de voyou. Mais ce vaurien n’aurait-il pas quelque chose à cacher à Teru ?

Mon avis: Mon tout premier manga la serie compte 16 tomes (rien que ça), bien que j’ai eu du mal avec le sens de lecture, moi qui suis habituer avec des romans, mais je me suis vite habituée. L’histoire est plutôt simpa, surtout la partie avec Daisy, d’ailleur y’a pas mal de scène trop mimi. Par contre a certain moment Teru je l’ai trouvé fort gamine et immature.

 Malheureusement je ne peu pas vraiment mettre d’extraits.